Guignol's Rock, rubrique du blog

Suite à la disparition de l'hebdomadaire (papier) Lyon Poche en 2011, notre chronique annonçant les concerts rock de la semaine s'est retrouvée sur ce blog, en reprenant
son titre original, "Guignol's rock" (parution sur le week-end…) avec des photos et une sélection de vidéos (à ouvrir en pop-up). Bonne lecture !

Merci à tous ceux qui veulent bien partager ces pages sur leurs réseaux, ou les mettre en lien sur leurs sites… // NB: Voir notre profil: Google+

Pour pouvoir ajouter un commentaire dessous, veillez à n'avoir qu'une seule chronique ouverte (en cliquant sur son titre en rose)

Des présentations différentes de nos pages (sur fond blanc !) en cliquant ici <<<

samedi 13 juillet 2013

Rock (de Givors) à la Bricotte le 13-7-2013



On n'était pas parti pour faire un compte-rendu, mais puisqu'il semble y avoir une certaine demande, essayons de (nous) rappeler un peu le déroulement de cette belle soirée… Petit préambule :"Le rock de Givors", qui connut son heure de gloire nationale vers 1978 (avec divers articles de presse spécialisée, notamment un du magazine Best), vient nous rappeller de temps à autre sa gloire passée, comme début 2011 avec l'expo "Givors, usine à rock" à la Mostra assortie de quelques concerts, ou bien en 2012 avec le documentaire sonore "Les Marshall de Givors". Mais avec cette soirée vers l'étang de la Bricotte (ce presque festival puisqu'assez long marathon musical), à un jet de Marshall de Givors (ça veut pas dire grand chose mais ça sonne bien), "Puce", l'organisateur (et guitariste de Factory s'il faut le rappeler) a surtout voulu montrer que les musiciens sont toujours là, qu'ils jouent toujours, et bien, et qu'ils peuvent encore nous/vous émouvoir. 

Jade (photo SD)
 Jeune et brillante Jade 
Mais la soirée débutait avec une représentante de la jeune génération : Jade [facebook], givordine à la voix assez remarquable de soul et d'amplitude nuancée, et qui s'accompagne à la guitare, tendance folk. Zut, j'ai oublié la plupart des titres (de ceux que j'avais reconnus, forcément) et je me souviens juste qu'elle a fait "House of the Rising Sun", "des Animals" (c'est vrai que ce sont eux qui avaient donné à cette chanson une belle popularité, sans parler de la version Pénitencier…). Jolie interprétation. Avec des chansons originales assez fortes, Jade pourrait bien faire parler d'elle. On a même une photo de Jade prise par nos soins parce qu'il y avait encore alors la lumière du jour. Ensuite, notre petit appareil mal luné n'a presque fait que du flou… Alors si vous voulez nous envoyer quelques clichés, on mettra votre nom dessous ! 

 Du Riff aux petits oignons 
Après Jade, les Doods [facebook] (mes photos floues servent en tout cas à être sûr de l'ordre…), c'est à dire le groupe d'Edouard Gonzales (guitare) et de Yves Rothacher (drums) qui tous les deux sont à la fois ex-Ganafoul et ex-Factory, excusez du peu. Doudou étant de plus ex-Killdozer, la totale ! Bref, ça joue bien avec à la basse Pascal Garcia et Sébastien au chant soulful. Et ça riffe bien aussi : Doudou a le riff tranquille mais tranchant et on peut apprécier ça encore sur leur pot-pourri final peu banal puisqu'il enchaîne Doors, Beatles et Who ! (avec Light my Fire + Back in the USSR + Tommy).  

Jean-Yves Astier (photo SD)
 Factory blues  
Place ensuite à Jean-Yves Astier (connu comme bassiste de Ganafoul) entouré par un groupe assez singulier. Ahmed, le présentateur qui doit avoir au moins une maîtrise de l'université du rock givordin, nous explique les méandres des parcours de chaque musicien ! Bref, deux guitaristes autour de Jean-Yves : au style riffu de Doudou, Puce mélange le sien plutôt aéro-hendrixien. Ce qui fait donc trois guitares : oui, quand on n'habite pas dans le Sud-Ouest, on ne se doute pas toujours que Jean-Yves est devenu lui aussi un excellent guitariste. Il commence avec "Pleine Lune", la première chanson de son dernier album, dont il fera aussi plus tard la chanson-titre "Encore tant à te dire" (voir la page de notre blog consacrée à cet album). Dans son set aussi, des chansons de Factory, comme "Jette un Sort", puisqu'Yves Matrat, retenu à Paris par un contrat avec Le Lapin Agile, n'est pas là ce soir… Ce sera donc le seul set de la soirée dans la langue de Molière et de Matrat. Et un peu de poésie ne fait de mal à personne ! 

 Funka rollers 
Nouvelle configuration avec certains des mêmes pour une refonte de Killdozer, version 21e siècle. Doudou encore là évidemment, mais secondée par l'autre guitariste de Killdo, le dénommé Wawa. Rothache toujours aux drums (mais on aura aussi la présence du doyen Baps, comme dans le groupe d'avant du reste, toujours prêt à recogner sur les fûts), et Patrick Blache à la basse ? (erreurs de ma part pas impossibles, alors signalez-les moi !). Et au micro celui qui les a fait virer funky jadis, the originator, Robert Lapassade [facebook] himself, tout de noir vêtu et coiffé (au moins au départ) d'un curieux galure genre melon. Là encore, je citerai pas trop de titres qui me sont trop vite sortis de la tête (l'âge sans doute…), à part "Funka Rollers" (titre de leur album a rappelé Robert) ou "First I look at the Purse" (chanson d'amour…!), etc. La voix du maestro Roberto est plus abrasive que jamais et les breaks sont toujours à tomber par terre (comme savait d'ailleurs si bien le faire son idole le grand James B.). Gros succès, comme pour les sets précédents d'ailleurs : ce soir, le public est presque aussi bon que les musiciens ! 

 Together again 
Et là, il doit être déjà presque 1h et demi du mat' (même pas regardé ma montre, mais ce sont mes photos qui s'en rappellent, floues mais utiles quand même…) et voici le Jack Bon Slim Combo [facebook], le dernier groupe de Jack, qu'on n'a peut-être pas beaucoup vu sur la région lyonnaise parce que la section rythmique est plutôt du Midi il me semble (et le manager aussi). En tout cas moi, je les découvre en live avec admiration : Laurent Faso à la batterie et Christian Michel à la basse sont d'une efficacité stupéfiante, et dans une grande décontraction, avec le sourire… Et ce groupe donne des ailes à notre bluesman lyonnais préféré ! "Together again", ça dit bien ce que ça veut dire (avec un léger double sens peut-être : together à trois et together en soi-même)… Écoutez cet album qu'ils ont fait ensemble l'an passé [disponibleIci], c'est une tuerie comme on dit aujourd'hui ! (non, ça se dit plus ?). La majorité des morceaux de ce soir est bien sûr puisée dans ce disque, plus quelques autres comme "I ain't superstitious" (signé W.Dixon) au début ou un excellent "Absolutely Sweet Mary" (Dylan revisited) à la fin. Dire que Jack est brillant est un peu faible : il habite littéralement sa musique, guitare et voix ne font qu'un. Et il nous semble, ça n'est pas nouveau, mais ça apparaît de plus en plus, qu'il est tout à fait dans la lignée d'un Rory Gallagher : pas juste à cause de la Strato cabossée, mais il y a chez lui cette même honnêteté fondamentale au service de la musique, cette même modestie. Et comme avec Rory, le voir sur scène ça n'est pas seulement assister à une très bonne prestation, c'est vraiment recevoir quelque chose qui vous apporte… du bonheur. 

 Full Speed Ahead 
D'autant que ça n'est pas fini et en cerise sur l'énorme gâteau de ce soir il y a la "reformation" (et celle-ci à l'identique, version 77) de GANAFOUL ! Jack Bon, Jean-Yves Astier et Yves Rothacher. Chacun retrouve instinctivement ses marques… Une reformation qui n'était pas arrivée depuis le Transbordeur 98 (mais alors c'était avec Bernard Antoine à la batterie, = version 78) et les trois sont à nouveau ensemble pour une heure (?) d'un flashback époustouflant. Ça démarre sur les chapeaux de roues avec "Free Tomorrow", un grand classique du premier album, puis "Full Speed Ahead" (du 2e) échevelé avec ses breaks violents, "Roll On", etc. Quelques titres plus lents quand même, des blues forcément : leur "Hey Woman" ou bien leurs versions très perso de "I'm a King Bee" ou de "Crossroads"… Et on termine dans le bonheur à une heure bien avancée de ce 14 Juillet naissant avec, après l'inévitable hymne "Saturday Night", un Chuck Berry de derrière les fagots dont d'ailleurs je ne retrouve pas le nom pour le moment ! 

Puce [facebook], organisateur de l'événement, ne peut que se réjouir de sa réussite totale, et il annonce qu'il va remettre ça dans un an, ce dont personne ne se plaindra ! En attendant, Bernard de Rock-Interviews a enregistré toute cette édition (depuis la console) et ça pourrait donc bien sortir en DVD…

Stevie Dixon.

NB: Un autre compte-rendu de cette soirée chez Zicazic
PS: Et une sympathique présentation de belles photos également réalisée par StarAssoProd, et mise sur YouTube et qu'on se permet "d'intégrer" ici :


…Et une captation, toujours par Isabelle Beauvais de StarAssoProd, de "Free Tomorrow" par GANAFOUL lors des balances. Et ça envoie pas mal, déjà, pour une répète…!


PS Décembre : Les nombreuses vidéos de Rock-Interviews sont désormais disponibles sur la CHAÎNE YOUTUBE D'ANNE-MARIE
2 ou 3 exemples…
PopUpVIDEO JackBon 01 - I ain’t superstitious  
PopUpVIDEO Killdozer 04 - Sweet Thang 
PopUpVIDEO JY Astier + Puce + Doudou +… - All along the watchtower 
Etc…!



->>> Une autre page de ce blog, sur un concert plus ancien, réunissant à peu près les mêmes, et toujours dans la vallée du Gier, c'était en Octobre 2009 à Saint-Chamond pour "Route 69 to Le Havre", avec Little Bob en invité spécial !


PS: L'édition 2014 de "Rock à la Bricotte est consacrée à une relecture de l'album "Cache ta Joie" de FACTORY. Dans nos colonnes :  préannonce dans les news de ce numéro… et annonce dans celui-ci



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont bienvenus !! Merci d'exprimer vos réactions…
[Merci aussi de recommander/partager cette page avec les boutons ci-dessus !]
Vous pouvez aussi vous inscrire comme "membre" (voir à droite…)
Ou mieux : envoyez-nous votre adresse mail dans un post/commentaire : pas pour la publier (bien sûr) mais pour qu'on puisse vous faire parvenir la newsletter hebdo (= image de la rubrique dès publication)