Guignol's Rock, rubrique du blog

Suite à la disparition de l'hebdomadaire (papier) Lyon Poche en 2011, notre chronique annonçant les concerts rock de la semaine s'est retrouvée sur ce blog, en reprenant
son titre original, "Guignol's rock" (parution sur le week-end…) avec des photos et une sélection de vidéos (à ouvrir en pop-up). Bonne lecture !

Merci à tous ceux qui veulent bien partager ces pages sur leurs réseaux, ou les mettre en lien sur leurs sites… // NB: Voir notre profil: Google+

Pour pouvoir ajouter un commentaire dessous, veillez à n'avoir qu'une seule chronique ouverte (en cliquant sur son titre en rose)

Des présentations différentes de nos pages en cliquant ici

dimanche 12 septembre 2010

Les Grosses Guitares 2010


Rock à l'Ouest

Le festival des Grosses Guitares fêtait en ce 11 Septembre 2010 sa dixième édition. Créées à Messimy en 2001 (mais c'était le 22-9, pas le 11 !), puis intégrées au festival local Inter'Val à Vaugneray à partir de 2005, les Grosses Guitares nous ont permis d'apprécier des artistes comme Mick Taylor, les Ten Years After, Dr Feelgood, Nine Below Zero, Little Bob, Ganafoul, etc ! Sans oublier l'excellent Gwyn Ashton en 2009.
Mais les Grosses Guitares, c'est aussi la "blues-rock academy" qui offre chaque année à Messimy des concerts et un tremplin pour des groupes généralement amateurs qui font parfois preuve de belles qualités, et qui montrent en tout cas la vitalité très persistante de cette musique séminale ("rock'n'roll will never die"!).

Retour à notre 11 Septembre : Après les 3 meilleurs groupes régionaux justement, c'est Nina Von Horn qui s'empare de la scène et qui nous fait de beaux laïus instructifs sur les grandes chanteuses de blues des années 30 (Ma Rainey, Victoria Spivey...). L'intention est fort louable, mais dommage que la voix de Nina ne réussisse guère à nous transmettre l'émotion de ces grandes dames...
Place à Charlie Fabert ensuite, ce jeune prodige français de la guitare blues, et là le niveau musical monte d'un sérieux cran. Avec sa blondeur un peu frêle, notre Charlie ne trimballe pas vraiment les habituelles casseroles de la rock'n'roll attitude, et c'est plutôt un bon point pour lui ! (ça nous change un peu…). Mais attention à un jeu qui devient parfois un peu trop prolixe, donc lassant (sur son propre morceau, qui venait après un excellent "I'll play the blues for you" d'Albert King). Les trois autres sont à la hauteur aussi avec mention spéciale au claviériste.

Mais le groupe est bientôt rejoint par le vétéran britannique, le colossal Paul Cox, puissant chanteur qu'on pourrait tenter de situer quelque part entre Joe Cocker et Tom Jones (!), et qui opère depuis au moins 30 ans. Il fera un petit hommage en passant à un autre grand de la blue-eyed soul britannique, Frankie Miller, dont la carrière a été stoppée net en 1994 par une hémorragie cérébrale (même s'il n'en est pas décédé... Si l'on ajoute qu'on avait vu Frankie à Montreux en 1976, ça vous fera sans doute une belle jambe…). Bref, Paul Cox connaît son sujet, Charlie Fabert lui procure un bien bel enrobage, et le public sait apprécier... Une jam finale ramènera sur scène Nina Von Horn et ses musiciens, débutant sur Caldonia pour se poursuivre en Whole lotta shakin'... Comme souvent avec ces jams, c'est un peu tiré par les cheveux, mais on en retiendra surtout les sympathiques "duels" de guitares entre Charlie et le guitariste japonais de Nina, Mar Todani (notre photo).

Les autres liens mis dans le texte sans plus de précisions sont en général des pages mySpace.