Guignol's Rock, rubrique du blog

Suite à la disparition de l'hebdomadaire (papier) Lyon Poche en 2011, notre chronique annonçant les concerts rock de la semaine s'est retrouvée sur ce blog, en reprenant
son titre original, "Guignol's rock" (parution sur le week-end…) avec des photos et une sélection de vidéos (à ouvrir en pop-up). Bonne lecture !

Merci à tous ceux qui veulent bien partager ces pages sur leurs réseaux, ou les mettre en lien sur leurs sites… // NB: Voir notre profil: Google+

Pour pouvoir ajouter un commentaire dessous, veillez à n'avoir qu'une seule chronique ouverte (en cliquant sur son titre en rose)

Des présentations différentes de nos pages (sur fond blanc !) en cliquant ici <<<

samedi 11 décembre 2010

GOSSIP à la Halle Tony Garnier le 10 décembre 2010


Beth de scène… 
C'était le tout dernier concert (après Bercy la veille) de la tournée européenne de Gossip. Et un second passage à Lyon puisqu'on avait pu voir le groupe de Beth Ditto au Transbordeur en Mars 2008 (partageant l'affiche avec The Kills dans le cadre d'une "Musicale" de Canal+). Leur notoriété a bien grandi depuis, mais on est quand même bluffé de les retrouver dans une Halle grande configuration et aussi remplie que récemment pour Lady Gaga ! 15.000 personnes pour un concert de rock (on peut dire… ), c'est pas tous les jours… Chaude ambiance, belle communion entre le public et Beth, qui en plus d'être une étonnante chanteuse à voix soul, est aussi (qu'on nous pardonne) une vraie bête de scène ! Qui sait mettre le public dans sa poche avec son français approximatif et autres pitreries (son numéro de camerawoman…). Derrière, le groupe est d'une efficacité stupéfiante en toute discrétion. Brace excellant aux claviers comme à la guitare, Hannah toujours appliquée sur ses fûts nous offrant de temps à autre un sourire radieux... 
Pour le rappel, Beth revient avec une robe sans doute griffée Gaultier qui contraste avec les rayures plus bon marché de celle du début qui lui donnait (de loin) des airs d'Obélix (qu'on nous pardonne again).




NB : Sur setlist.fm, la setlist était déjà toute faite. Heureusement, car on aurait été bien en mal de l'établir…. Par curiosité, jetez donc au moins un œil sur la vidéo qui est fournie sur le site (cliquez d'abord sur la liste) pour le dernier titre (la reprise de Whitney Houston). Ca n'est certes pas très rock, mais Beth en 2007, avec ses boucles blondes, ça vaut le détour !

Textes et photos ©StevieDixon



Gossip - "Heavy Cross" (Live on TARATATA 2009)


vendredi 3 décembre 2010

LADY GAGA à la Halle T. Garnier de Lyon le 2-12-2010


On va foutre en l'air notre petite réputation de rocker intègre si on dit qu'on a apprécié le concert de Lady Gaga ! Et pourtant, il faut bien avouer qu'on ne s'est pas ennuyé à son Monster Ball, ce qui n'est pas toujours notre cas avec ce genre de méga show. Force est de constater que la Gaga a des qualités qui pourraient bien lui permettre de durer.  On peut dire qu'elle est une vraie chanteuse, pas du genre Britney Spears à transpirer sur du playback, elle elle chante pour de vrai et nous a plutôt fait penser à Pink, qui nous avait surpris aussi il y a quelques années par sa capacité à chanter… le blues. La Gaga semble également une bonne pianiste, même quand elle a tendance à jouer debout sur le tabouret (et bien sûr en tenue légère), voire même debout sur le piano en frappant les touches de ses talons aiguilles ! Donc on a plutôt apprécié des titres comme You & I et Speechless qui rompaient un peu avec le côté électro-discoïde (certes entraînant…) du reste. Et puis, il y a du décor et du monde sur scène, ça bouge bien et le show étant bien foutu, on peut se laisser captiver. C'est souvent assez gore, avec tout ce "sang" répandu sur son corps, et notamment entre ses seins (cf. notre photo... de l'écran géant !). Et elle parle, en plus, annonçant fièrement sa nomination (qu'elle vient d'apprendre) pour six grammy awards… Ou bien elle nous explique (assez émue d'ailleurs) qu'elle n'est pas là pour l'argent, ni même pour la gloire, mais pour vous permettre à vous de vous accomplir : be yourself, be proud… Et pourquoi ne la croirait-on pas, hein ?!


 Comptes-rendus : LeProgrès // La TribuneDeLyon sur le pré-concert 
(Si vous connaissez d'autres compte-rendus de ce concert, vous pouvez nous le faire savoir, et on les mettra en liens).  
Texte et photos de cette page ©StevieDixon 

Un des premiers décors... (La Lady G, chevelure citron, joue d'un clavier sous le capot !)
Lady Gaga Setlist Halle Tony Garnier, Lyon, France, "The Monster Ball" - Tour 2010

Page annonçant le concert sur le site de l'organisateur, Eldorado.

dimanche 31 octobre 2010

JEFF BECK à l'Amphi' 3000 à Lyon le 30-10-2010


 Guitar heroes…
Eric Clapton est déjà venu jouer à Lyon (et à Vienne) plusieurs fois. Jimmy Page peut-être encore plus souvent (avec Led Zep', puis avec Page & Plant…). Mais il nous semble bien que notre "troisième guitar-hero issu des Yardbirds", Jeff Beck, n'avait jamais mis les pieds sur une scène lyonnaise jusque là… 

Jeff Beck Group au festival de Sunbury, Août 1968
 Flashback…
Personnellement, ça faisait juste 42 petites années qu'on ne l'avait pas vu en live, une paille… C'était en Août 1968 (photo ci-contre de notre Instamatic d'alors) à Sunbury près de Londres avec le Jeff Beck Group. Rod Stewart était alors au chant, Ron Wood à la basse, et Nicky Hopkins au piano, excusez du peu. C'était la période de "Truth", un album en très bonne place depuis dans notre panthéon personnel ! Du blues de luxe ! , Bref, le bonheur : Jeff Beck montrait qu'il pouvait jouer le blues comme personne, avec des fulgurances n'appartenant qu'à lui... Malheureusement (pour nous en tout cas), il a pris d'autres chemins par la suite et le blues n'est pas resté son idiome premier… 

 Retour au présent… Mi-funk, mi-raisin 
Jeff se partage aujourd'hui entre un jazz-rock funky qui était vite devenu le style principal de sa carrière, et un goût croissant pour de belles mélodies quelque peu sirupeuses qui lui valent ces dernières années un public un peu élargi… et des passages dans des salles un peu plus prestigieuses, comme cette Salle 3000 à Lyon…  On n'y était encore jamais venu (eh oui…), mais surprise : l'acoustique ici ne nous séduit guère à première vue. Avec un aspect métallique et confus qui semble augmenter avec l'intensité du son... Peut-être que c'est mieux quand on est en bas ? (on nous a logé bien haut !). Il faut préciser que la salle n'est pas très remplie, ce qui explique peut-être en partie ce son... 
Bref, le groupe 2010 de Mr Jeff Beck comprend notamment la sculpturale Rhonda Smith à la basse, qui est restée près de dix ans avec Prince, une référence s'il en est… Elle chantera même quelques bribes par moments, comme dans ce "Rollin' and tumblin'", qui restera le titre le plus blues (enfin, funky blues…) de la soirée, car dans l'ensemble c'est un concert d'abord instrumental, forcément. On peut le regretter, car Jeff Beck peut se montrer très brillant aussi quand il accompagne un chanteur ou une chanteuse… Brillant, il l'est certes presque toujours, stupéfiant même si vous voulez, avec ce toucher tout à fait unique qu'on lui connaît.  Mais pour nous l'œuvre d'un virtuose ne vaut qu'au service d'une musique qui transcende cette virtuosité ! Et tous ces "Over the rainbow" (et autres titres du même acabit sur son dernier album) finissent par nous raser un peu pour tout dire (musique de vieux ? ou pour vieux ? il est vrai qu'on le devient tous, mais c'est pas une raison…).  
Bon, il y eut de bons moments avec ses trucs habituels, de "People get ready" à "A Day in the Life", mais il y a aussi d'autres titres que (naïvement ?) on aurait bien aimé retrouver, de "Shapes of things" à "Superstition" !! Bon, on a droit à un "Higher" plutôt bien enlevé en rappel, bientôt suivi par ce qui restera la petite perle de la soirée : en hommage à Les Paul (disparu l'an passé) il interprète (et on lui amène une Gibson Les Paul pour cela d'ailleurs) façon fifties son "How high the Moon" (avec voix féminine enregistrée de Imelda May). Un petit bijou nous rappelant son excellent album de chansons de Gene Vincent, "Crazy Legs", enregistré en 1993.

Jeff Beck à l'Amphi' 3000 de Lyon

Et à propos de rockabilly, on a aussi été un peu déçu de ne pas avoir droit au groupe "Hillbilly Moon Explosion" qui était prévu pour la 1ère partie, et qui nous avait semblé fort sympa sur son mySpace… Au lieu de ça, Astrid, un groupe folk-rock de Reims, dont les qualités mélodiques potentielles semblaient assez gâchés par les interventions peu inspirées de leur guitariste soliste.
SD.
(Photos ©SD)

 Annexes :
Le site web de Jeff Beck
Celui de Rhonda Smith
Wikipedia pour Les Paul
Page Jeff Beck sur Amazon.fr 
L'ami Thierry M avait interviewé Jeff B avant le concert www.progresplus.com/...
On a trouvé un autre compte-rendu de ce même concert… http://jazznrockcommunay.blogspot.com/... (apparemment, c'est un fan de rock progressif, ça peut expliquer des points de vue un peu différents des nôtres…)


Un enregistrement de 2009 au Ronnie Scott's où Jeff joue rockabilly :
titres de Gene Vincent et autres… (7 chansons, 22 mn)



Au Ronnie Scott's également, un concert complet en 2008 (1h40),
très remarquable, avec Tal Wilkenfeld (bass), Jason Rebello (keyboards),
Vinnie Colaiuta (drums), Joss Stone (vocals),  + Eric Clapton (guitar, sur 2t à 1h21)



Vidéo ci-dessous : Jeff Beck avec Imelda May "How high the Moon"
(Le second guitariste est Darrel Higham, par ailleurs mari de la belle…)


Le fameux "Apache" des Shadows, respectueusement revisité…


Et ci-dessous Jeff Beck avec Mick Jagger à la Maison Blanche en Février 2012
interprétant un titre de Howlin' Wolf, "Commit a crime"…




 Flashback JEFF BECK 1968 again ! 

Donc un peu déçu par ce répertoire 2010 de Jeff Beck, on est allé chercher (dans nos souvenirs, dans de vieux carnets, dans les reportages de l'époque...) la setlist la plus probable pour ce concert de SUNBURY 1968 dont on parlait au début… Ce soir-là, Eric Clapton avait d'ailleurs joué un peu avant le Jeff Beck Group et dans une formule originale puisqu'il était seul avec deux batteurs : à savoir Ginger Baker et son ami/mentor Phil Seamen. Et Slowhand, très élégant dans un costume blanc, avait fait ainsi deux longues improvisations (genre 10 minutes, un quart d'heure chacune au moins) sur les rythmes et autres roulements de ces deux-là… Pour en revenir au JEFF BECK GROUP, Rod Stewart avait encore tendance alors à chanter en tournant le dos au public ou en se cachant derrière un ampli. Quant à Nicky Hopkins au piano, il était encore plus planqué et pratiquement invisible (comme souvent quand il jouait derrière les Stones d'ailleurs).


The Jeff Beck Group Setlist Sunbury festival, Staines, England 1968
Edit this setlist | More The Jeff Beck Group set lists

Peut-être notre titre préféré sur "TRUTH", 
le joliment parodique, mais brûlant "BLUES DE LUXE"! 
…En hommage à NICKY HOPKINS (1944/1994) [wikipedia / website]

dimanche 12 septembre 2010

Les Grosses Guitares 2010


Rock à l'Ouest

Le festival des Grosses Guitares fêtait en ce 11 Septembre 2010 sa dixième édition. Créées à Messimy en 2001 (mais c'était le 22-9, pas le 11 !), puis intégrées au festival local Inter'Val à Vaugneray à partir de 2005, les Grosses Guitares nous ont permis d'apprécier des artistes comme Mick Taylor, les Ten Years After, Dr Feelgood, Nine Below Zero, Little Bob, Ganafoul, etc ! Sans oublier l'excellent Gwyn Ashton en 2009.
Mais les Grosses Guitares, c'est aussi la "blues-rock academy" qui offre chaque année à Messimy des concerts et un tremplin pour des groupes généralement amateurs qui font parfois preuve de belles qualités, et qui montrent en tout cas la vitalité très persistante de cette musique séminale ("rock'n'roll will never die"!).

Retour à notre 11 Septembre : Après les 3 meilleurs groupes régionaux justement, c'est Nina Von Horn qui s'empare de la scène et qui nous fait de beaux laïus instructifs sur les grandes chanteuses de blues des années 30 (Ma Rainey, Victoria Spivey...). L'intention est fort louable, mais dommage que la voix de Nina ne réussisse guère à nous transmettre l'émotion de ces grandes dames...
Place à Charlie Fabert ensuite, ce jeune prodige français de la guitare blues, et là le niveau musical monte d'un sérieux cran. Avec sa blondeur un peu frêle, notre Charlie ne trimballe pas vraiment les habituelles casseroles de la rock'n'roll attitude, et c'est plutôt un bon point pour lui ! (ça nous change un peu…). Mais attention à un jeu qui devient parfois un peu trop prolixe, donc lassant (sur son propre morceau, qui venait après un excellent "I'll play the blues for you" d'Albert King). Les trois autres sont à la hauteur aussi avec mention spéciale au claviériste.

Mais le groupe est bientôt rejoint par le vétéran britannique, le colossal Paul Cox, puissant chanteur qu'on pourrait tenter de situer quelque part entre Joe Cocker et Tom Jones (!), et qui opère depuis au moins 30 ans. Il fera un petit hommage en passant à un autre grand de la blue-eyed soul britannique, Frankie Miller, dont la carrière a été stoppée net en 1994 par une hémorragie cérébrale (même s'il n'en est pas décédé... Si l'on ajoute qu'on avait vu Frankie à Montreux en 1976, ça vous fera sans doute une belle jambe…). Bref, Paul Cox connaît son sujet, Charlie Fabert lui procure un bien bel enrobage, et le public sait apprécier... Une jam finale ramènera sur scène Nina Von Horn et ses musiciens, débutant sur Caldonia pour se poursuivre en Whole lotta shakin'... Comme souvent avec ces jams, c'est un peu tiré par les cheveux, mais on en retiendra surtout les sympathiques "duels" de guitares entre Charlie et le guitariste japonais de Nina, Mar Todani (notre photo).

Les autres liens mis dans le texte sans plus de précisions sont en général des pages mySpace.

lundi 21 juin 2010

BOB DYLAN à la Halle Tony Garnier de Lyon


A l'inverse de notre collègue et ami de Radio Pluriel, ce concert nous a moins transporté que celui pourtant parfois bancal de Fourvière 1994. Certes, les musiciens étaient excellents (chapeau bas au longiligne Charlie Sexton, toujours se ramassant en position accroupie dans les moments les plus intenses de ses solos !), mais pourtant on n'a pas retrouvé autant d'âme qu'il y a… 16 ans déjà. Et puis cette voix tellement "détruite" aujourd'hui, ça peut quand même gêner parfois (à côté, notre R. Lapassade, c'est du sirop d'érable). Il y eut quand même de fort bons moments, comme The Levee's gonna break en rock'n'roll enfiévré, ou même à la fin cette version iconoclaste de Blowin' in the wind devenu un blues rugueux… (SD, 7-2010)


NB1: Dans ce message, les liens ne sont apparents que quand on passe dessus (allez savoir pourquoi... Les surprises de Blogger !). Alors, on vous laisse les chercher !





NB : Nous, la Halle, ça nous réjouissait qu'à moitié pour Dylan... Mais son bassiste Tony Garnier a dû apprécier de jouer dans une salle portant son nom !!
PJ : Un article d'avant le concert dans Le Petit Bulletin.
PJ2 : Le suédois Olof Björner continue de référencer tous les concerts de Dylan.
Ci-dessous, notre setlist sur un site spécialisé...

vendredi 1 janvier 2010

Mais, StevieDixon.com, c'est quoi ??



StevieDixon.com est un site dont le sujet principal est "le rock à Lyon"... 
(Stevie Dixon ayant été pendant plus de trois décennies "le spécialiste rock" à l'hebdomadaire Lyon Poche). 
Mais ça veut dire quoi au juste, le rock à Lyon ? Eh bien,  un peu tout ce qu'on veut en fait ! Aussi bien le rock "made in Lyon" depuis les années 60 (et on a une "page portail" sur les groupes historiques de Lyon… et des environs), jusqu'au rock actuel (et on a aussi une page-liste des groupes qui opèrent de nos jours, avec liens bien sûr !). 
Ça peut aussi vouloir dire le rock du monde entier quand il passe par Lyon… Et pour ça, nous avons une liste des concerts à venir, ainsi que des listes-archives des concerts des années précédentes (depuis qu'on a pensé à le faire… en 2003). 
Car pour nous, un concert, ça n'est pas juste un produit de consommation de plus, mais ça doit rester un événement qui a suscité (normalement) beaucoup d'émotions, et qui mérite de laisser quelques traces, par écrit comme dans les mémoires… Alors, dans ces pages d'archives par années, on essaie de mettre en lien des comptes-rendus, quand on en trouve, et puis il nous arrive aussi d'en faire, quand on a la motivation…!  Plus des photos, des enregistrements (pirates le plus souvent !), pour lesquels nous mettons les liens quand nous en avons connaissance.
C'était d'ailleurs notre but principal quand on a ouvert ce blog en plus du site : y mettre des comptes-rendus de concerts, auxquels vous pouvez bien sûr avoir quelque chose à ajouter, voire un désaccord à exprimer, etc. Alors, ne vous gênez pas pour intervenir, puisqu'il paraît qu'un blog c'est fait pour ça...


Mais depuis, Lyon Poche a cessé de paraître (en 2011), et comme notre rubrique hebdomadaire d'annonce des concerts n'avait pas envie de s'arrêter pour autant, elle continue sur la Toile et constitue aujourd'hui, (avec une régularité sans faille… pour le moment…!) et sous son nom originel de Guignol's Rock, la majeure partie des articles de ce blog, en annonçant chaque semaine les principaux concerts. 
Et ceci en gardant le même genre "d'optique" qui était la nôtre dans l'hebdo, c'est à dire assez généraliste (pas de genres exclus a-priori dans nos annonces), mais avec une "sensibilité sous-jacente" plutôt rock'n'roll, ça va de soi…!.
SD.
PS : Et on y ajoute désormais quelques "brèvesNEWS" choisies…