Guignol's Rock, rubrique du blog

Suite à la disparition de l'hebdomadaire (papier) Lyon Poche en 2011, notre chronique annonçant les concerts rock de la semaine s'est retrouvée sur ce blog, en reprenant
son titre original, "Guignol's rock" (parution sur le week-end…) avec des photos et une sélection de vidéos (à ouvrir en pop-up). Bonne lecture !

Merci à tous ceux qui veulent bien partager ces pages sur leurs réseaux, ou les mettre en lien sur leurs sites… // NB: Voir notre profil: Google+

Pour pouvoir ajouter un commentaire dessous, veillez à n'avoir qu'une seule chronique ouverte (en cliquant sur son titre en rose)

Des présentations différentes de nos pages (sur fond blanc !) en cliquant ici <<<

dimanche 20 septembre 2009

Gwyn Ahston aux Grosses Guitares 2009


On ne croyait pas si bien dire en écrivant (dans Lyon Poche) que Gwyn Ashton était "un Rory Gallagher de l'autre côté du globe" (en fait il est gallois, mais a beaucoup vécu en Australie). Même côté fruste, même "simplicité naturelle", et même genre de blues rugueux, brut de décoffrage ! Et ça fait un bien immense de retrouver tout ça, ça nous remémore ces concerts de Rory dans les 70's d'où l'on ressortait heureux, comme "regonflé"… Ashton est juste accompagné par un batteur, dont le visage juvénile rayonne du plaisir qu'il prend avec cette musique ! Jubilation partagée. On n'espérait plus (par exemple) entendre un jour sur scène ce formidable titre qu'est "Outside Woman Blues" (de Blind Joe Reynolds). Gwyn Ashton nous en livre une version toute personnelle, différente de celle de Cream (que Clapton, petite parenthèse, devrait bien ré-inscrire à son répertoire d'aujourd'hui avec Winwood. Histoire de nous montrer s'il sait encore refaire son brillantissime solo de 1967 ! Fin de parenthèse). C'est suivi par un Crossroads non moins original. De même quand il reprend Hendrix (Purple Haze, puis Hey Joe plus loin), Ashton livre toujours des versions très personnelles, à l'inverse de Gerry Joe Weise qui l'a précédé et qui fait du Hendrix par trop hendrixien (donc souffrant forcément des comparaisons). Au rappel, Gwyn invite d'ailleurs Gerry Joe à jammer sur un instrumental de Freddie King. Belle conclusion pour l'une des meilleures prestations qu'on ait pu voir aux "Grosses Guitares"!

www.myspace.com/gwynashtonmusic